Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

P1070940C'est une histoire de trace, plus précisément de chemin-tactile.

Un chemin qui relie les différentes prises d'une même voie.Un chemin qui guide un grimpeur qui ne peut pas se servir de ses yeux.

C'est une histoire de droites,de croix, de bouts,de volumes, de textures qui permettent aux varappeur aveugle de repérer tous les éléments d'une voie.

C'est une histoire de dizaines de mètres de bandes adhésives(qui galère à tenir...) ou de cordelette qui signifient physiquement le sens à suivre.

C'est donc l'histoire d'un outil qui donne l'opportunité à l'ouvreur, celui qui "ouvre" la voie, qui la crée, de l'adapter à un public particulier.

Cette méthode a été utilisée pour des compétitions japonaises, mais aussi par Koba et son école "Monkeymagic" qui a donc "exporté" le chemin-tactile chez nous à Tolosa. 577036 548689388484973 1010505027 n

En ce qui nous concerne, nous utilisons pour l'instant du rouleau adhésif lisse pour qu'il contraste avec la rugosité et le touché abrasif du mur.

La première vidéo vous expose le repérage effectué par Simon, qui ne voit pas. C'est un repérage empirique, basé sur le toucher dans le but de mémoriser la voie, contrairement à la "méthode de l'horloge"( en toute fin de vidéo) qui utilise une mémorisation verbale, par anticipation grâce à un guide humain et voyant, ou bien un grimpeur aveugle qui connaisse par coeur la voie.

La gestuelle reste à trouver par le varappeur lui-même, même si il reçoit des indications...

Au cours de la deuxième vidéo, Simon se lance dans la voie  avec le chemin-tactile, mais aussi avec le souvenir des repérages antérieurs.

Cette méthode accorde à ces sportifs une plus grande autonomie et liberté de mouvement sur un mur d'escalade,sans un un quelconque assistant.Ils pourraient choisir aussi la difficulté avec un codage tactile,mais ceci est une autre histoire...